Partager sur Twitter Partager sur Facebook

Evénements

03/08/2018
Honorez la Vierge Marie au Pèlerinage Notre Dame de Banelle les 15 et 16 septembre 2018
Lire la suite ►

Rendez-vous

Tous les jours - Ouverture du sanctuaire de 9h à 18h
Tous les jours - Ouverture du sanctuaire de 9h à 18h
Lundi - Prières des mères à 9h30
Voir tous les rendez-vous ►

Un peu d'histoire

La "dévotion" - comme on disait - a commencé devant un bas-relief, taillé sur ces deux faces, présentant d'un côté la Pieta, et de l'autre, la crucifixion ; et placé dans la fourche d'un arbre.

On lit dans l'Extraordinaire de la Gazette de France de novembre 1634 : "Au bois de Banelle... dans le tronc d'un arbre fort vieil qui est au bord de ce bois, les plus anciens du pays avaient toujours vu une image de la Vierge tenant son Fils, taillée en pierre, sans savoir qui l'avait mise là... Mais le nombre de miracles qui se rapporte avoir été faits... a été cause qu'on a bâti une chapelle autour de l'arbre qu'elle environne" (...) "l'affluence du peuple qui y accourt est grande".

Ce bas-relief aurait appartenu à la commanderie des Templiers de Lalliat, toute proche. Détruite par les Huguenots en 1568 ou 1576, - ou depuis longtemps déjà réduite à l'état de ruine, la commanderie servait de carrière de pierres... C'est à l'occasion d'un transport de matériaux que cette pierre serait tombée de la charette, dans la forêt de Banelle où on la retrouve sur un petit ormeau sans que l'on sache qui l'a placée là...

Quant à la chapelle, - notre actuel oratoire - elle a été construite par Jean de Capony, le seigneur du lieu, bien entendu en accord avec l'évêque de Clermont, qui, dès le début a été très attentif aux faits qui se déroulaient à BAnelle. La "dévotion" se maintenant, Mgr Veny d'Arbouze, évêque de Clermont, la confie en 1677 aux missionnaires d'Auvergne. Parmi eux, le Père François Gaschon, mort en odeur de sainteté à Ambert.

Comme tant d'autres lieux, Banelle fut touché par la tourmente révolutionnaire... En 1792, la maison et l'église sont fermées, les missionaires dispersés. Le bas-relief est brisé. On déracine et on brûle l'arbre qui le portait sur la place publique d'Escurolles, on vend les biens.

On aurait pu croire que la dévotion à Notre-Dame de Banelle était défintivement éteinte, elle demeurait cependant enfouie dans le coeur des chrétiens du pays. Diverses tentatives eurent lieu durant ces longues années (XIX-XXes) pour la relancer, notamment en 1897.

En 1992, une association a été créée, en lien avec l'évêque de Moulins : l'Association Notre-Dame de Banelle. Grâce à la générosité de beaucoup, celle-ci a pu acquérir, dans un premier temps, la maison presbytérale et l'oratoire ; puis, tout récemment, l'église.